Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

(II)

que c'eft de la qu'ils ont pris occafïon de fe former des idéés fauffes du bien & du mal, du mérite &'du démérite,des louan- . ges & de la honte , de 1'ordre & de la eonfufion, de la beauté & de la difformité, & des autres chofes femblables.

Chacun doit demeurer d'accord que tous les hommes font dans une profonde ignorance en naiflant , & que la feule chofe qui leur foit naturelle eft de chercher ce qui leur eft utile & profitable: de la vient i°. qu'on croit qu'il fuffit pour étre librc de fentir en foi-même qu'on peut vouloir & fouhaiter fans fe mettre nullement en peine des caufes qui difpofent a vouloir & ii fouhaiter, par ce qu'on ne les connótt pas. 2°. Comme les hommes ne font rien que pour une fin qu'ils préferent a. tbüte autre, ils n'ont pour but que de connoïtre les caufes finales de leurs acrions & ils s'imaginent qu'après cela ils n'ont plus aucun fü}et de doute, & comme ils trouvent en euxmêmes & hors d'eux plufieurs moyens de parvenir a ce qu'ils fe propofent, vü qu'ils ont, par exemple, des yeux pour voir, des oreilles pour entendre, un foleil pour les éckirer c\C. ? ils ont conclu

Sluiten