Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( ra)

txtil n'y a rien dans la nature qui ne foit fait pour cux, & dont ils ne puiflent jouir & difpofer ; mais comme ils favent que ce n'eft point eux qui ont fait toutes ces chofes, ils fe font cru bien fondés a imaginer un être fuprêmc auteur de tout, en un mot ils ont penfé que tout ce qui exifte étoit 1'ouvrage d'une ou de plufieurs Divinités. D'un autre cöté la nature des Dieux que les hommes ont admis leur étant inconnue, ils en ont jugé par eux-mêmes, s'imaginant qu'ils étoient fufceptibles des mêmes paffions qu'eux ; 8c comme les inclinations des hommes font différentes, chacun a rendu a fa Divinité un culte felon fon humeur, dans la vue d'attirer fes bénédiétions Sc de faire férvir par la, toute la nature a. fes pro* pres defirs.

§• 4-

C'eft dc cette maniere que le prejugé, s'eft changé en fuperftition; il s'eft enracinc de telle forte, que les gens les plus groffiers fe font cru capables de pénétrer dans les caufes finales comme s'ils en avoient une entiere connoiffance. Ainll au licu de faire voir que la nature ne fait rien en, vain, ils ont cru que Dieu 8c la nature penfoient k la facon des hommes.

Sluiten