Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( H )

•pour montrer que la nature nc fe propofc aucune fin, & que toutes les caufes finales ne font que des fiftions humaines. II fuffit de prouver que cette doctrine öte a Dieu les perfections qu'on lui attribue. C'eft ce que nous allons faire voir.

Si Dieu agit pour une fin, foit pour luimême,foit pour quelque autre, il defire ce qu'il n'a point, & il faudra convenir qu'il y a un tems auquel Dieu n'ayant pas 1'objet pour lequel il agit , il a fouhaité de ï'avoh": ce qui eft faire un Dieu indigcnt. Mais pour ne rien omettre de ce qui peut appuyer le raifonnement de •ceux qui-tiennent 1'opinion contraire, fiippofbns par exémple qu'une pierre qui •fe détache d'un batiment tombe fur une psrfonne & la tue, il faut bien ,. difent nos ïghorans, que cette pierre foit tom.bée a, deffein de tuer cette perfonne, or cela n'a pu arrivcr que paree que Dieu 1'a voulu. Si on leur répond .que c'eft le vent qui a caufé cette chüte dans le tems que ce pauvre malheureux paffoit, "ils v'olis denianderont d'abord pourquoi il paffoit précif?mcnt dans le moment que 'le vent ébranloit cette pierre. Répli*quez leur qu'il alloit diner chez un de fes amis qui 1'en avoit prié, ils voudront favoir pourquoi eet ami 1'avoit plutöt prié

Sluiten