Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C 18 )

a la mélodie, tandis que d'autres ont cnl que les mouvemens céleftes étoient un concert harmonieux: ce qui marqué bien que chacun fe perfuade que les chofes font telles qu'il fe les figure , ou que le monde eft purement imaginaire. II n'eft donc point étonnant qu'il fe trouve a peine deux homme d'une même opinion & qu'il y en ait même qui faffènt gloire de douter de tout : car quoique les hommes ayent un même corps, & qu'ils fe reffemblent tous a beaucoup d'égards, ils different néanmoins a. beaucoup d'autres ; de la vient que ce qui femble bon a 1'un devient mauvais pour 1'autre , que ce qui plait a cclui-ci déplait a. celui-la. D'oü il üfft aifé de conclure que les fenrimens ne different qu'en raifon de 1'organifation & de la diverfité des coexiftances, que le raifonnement y a peu de part, êc qu'enfln les notions des chofes du monde ne font qu'un pur effet de la feule imagination.

§• 9-

II eft donc évident que toutes les raifons dont le commun des hommes a coutume de fe fervir, lorfqu'il fe mêle d'expliquer la nature, ne font que des fagons d'imaginer qui ne prouvent rien moins que ce qu'il prétend 51'on donne a ces idéés

Sluiten