Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C 19 )

des noms comme fi elles exiftoient ailleurs que dans un cerveau prévenu; on devroit les appelier, non des êtres, mais de pure? chimères. A 1'égard des argumens fondés fur ces notions, il n'eft rien de plus aifé que de les réfuter, par exemple.

S'il étoit vrai, nous dit-on , que 1'univers fut un écoulement & une fiiite néceffaire de la nature divine , d'oïi viendroient les imperfe&ions Sc les défauts qu'on y remarque ? Cette objeótion fe réfute fans nulle peine. On ne fauroit juger de la perfeótion Sc de 1'imperfection d'un être qu'autant qu'on en connoit 1'elfence 8c la nature; Sc c'eft s'abufer étrangément que de croire qu'une chofe eft plus ou moins parfaite fuivant qu'elle plak ou déplaït, 8c qu'elle eft utile ou nuifible a la nature humaine. Pour fermer la bouche a ceux qui demandent pourquoi Dieu n'a point créé tous les hommes bons Sc heureux , il fuffit de dire que tout eft néceffairement ce qu'il eft, 8c que dans la nature il n'y a rien d'imparfait puifque tout découle de la néceffité des chofes.

§• io.

Cela pofé, fi 1'on demande ce que c'eft que Dieu, je réponds que ee mot nous M z

Sluiten