Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

(40

fonnages qui eurent la même folie : fans doute que tous ces grands hommes croyoient ces rêveries fondées fur 1'opinion des Egyptiens qui foutenoient quê 1'efprit de Dieu pouvpit avoir commerce avec une femme Sc la rendre féconde. * §■ 12.. De Jéfus-Chrift. . Jcfiis-Chrifh qui n'ignoroit ni les maximes ni la fcience des Egyptiens, donna cours a cette opinion, il la crut propre afon deffein. Confidérant combienMoyfe s'étoit rendu célebre , quoiqu'il n'eut commandé qu'un Peuple d'ignorans, il entreprit de batir fur ce fondement, Sc fe fit fuivre par quelques imbéciles auxquels il perfuada que le St. Efprit étoit fon Pere , Sc fa Mere une Vierge : ces bonnes gens accoutumés a fe payer de fonges Sc de rêveries, adopterent fes notions Sc crurent tout ce qu'il voulut , d'autant plus qti'une pareille naiflance n'étoit pas véritablement quelque chofe de trop merveilleux pour eux (*).

(*) beau Fk.eon a tire d'aile

Vienne obovibrer uve Pucelle , Rien n'eft ferprenant en ce/.i • L'on en <vit autant en Lydie: Et le beau Cigne de Léda Vaut bien U Figeon de Matis.

Sluiten