Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

rfiorts qu'il reflufcita, lui donnerent de la vogue : mais n'ayant ni argent ni armée, il ne pouvoit manquer de périr : s'il eut eu ces deux moyens, il n'eüt pas moins réuflï que Moyié 8c Mahomet, ou que tous ceux qui ont eu 1'ambitión dc s'élever au-deflus des autres. S'il a été plus malheureux, il n'a pas été moins adroit, 8c quelques endroits de fon hiftoire prouvent que le plus grand défaut de fa politique a été de n'avoir pas aflez pourvu a. fa fureté. Du refte , je ne trouve pas qu'il ait plus mal pris fes mefures que les deux autros; fa loi eft au-moins devenue la regie de la croyance des Peuples qui fe flattent d'être les plus fages du monde.

§■ ij-

De la Politique de Jéfus-Ghrifi.

Eft-il rien par exemple de plus fubtil que la réponfe de Jéfus au fujet de la femme furprife en adultere ? Les Juifs lui ayant demandé s'ils lapideroient cette femme, au lieu de répondre pofitivement a Ia queftion, ce qui 1'auroit fait tomber dans le piége que fes ennemis lui tendoient , la négative étant direcTrement contre la loi, 8c 1'affirmative le convaincant de rigueur 8c de cruauté, ce qui

lui

Sluiten