Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( 7o- )

ctoit animé par une fubftance immatéïïelle, immortelle Sc invifible, qui fait tout , qui agit toujours , Sc qui ell la . caufe de tout mouvement, Sc la fource I de toutes les ames qui en font des éma- ■ nations. Or comme ces ames font trèspures Sc d'une nature infiniment fupé- • rieure au corps, elles ne s'uniiTent pas,, difent-ils , immédiatcment, mais par le: moyen d'un corps fubtil comme la flam- • me, ou de eet air fubtil Sc étendu que le: vulgaire prend pour le Ciel. Enfuite el- • les prennent un corps encore moins fub- • til, puis un autre un peu moins groftier,, Sc toujours ainfi par dégrés jufqu'a ce: qu'elles puiffent s'unir aux corps fenfibles i des animaux oü elles defcendent comme: dans des cachots ou des fépulchres. Lai mort du corps, felon eux, eft la vic de: 1'ame qui s'y trouvoit comme enfévelie,, Sc oü elle n'exercoit que foiblement fes; plus nobles fonclions; ainfi par la mort: du corps 1'ame fort de fa prifon, fe déba- ■ raffe de la matiere, Sc fe réunit a. 1'amc' du monde dont elle étoit émanée.

Ainfi , fuivant cette opinion , toutes; les ames des animaux font de même natu-. re, Sc la diverfité de leurs fonótions oui facultés ne vient que de la différence des i corps oü elles entrent.

Sluiten