Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

4$ Ejfai fur les facultés

diminuées a proportion ; c'eft ce qui arrivé aux perfonnes qui ont perdu beaucoup de fang, ou qui fortent d'une grande maladie.

7°. On éprouve que le trop long repos diminue la force des mufcles, les rend engourdis dans leurs mouvemens, & y caufe quelquefois des inquiétudes douloureufes : on peut préfumer que ce phénomène dépend de ce que le fluïde nerveux ne s'eft pas renouvellé depuis u^n,« dans les fibres mufculaires,

& que par fon trop long féjour ; il a

perdu fa modiheation narureue > changer eet état, il faut donc que 1'exercice donne lieu au renouvellement de ce fluide.

8°. D'un autre cóté , le trop long exercice , 1'emploi immodéré des forces, les longues veilles, font ftnvies de laffitude & de foibleffe j paree que le mouvement violent des mufcles & 1'exercice des fens trop long-temps continué, ont

fait;

Sluiten