Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

'de VAmè. 6$ attire les bêtes vers les objets de leurs appétits, & celui qui les éloigne de ce qui peut leur être nuifible , dépendent donc des modifications différentes qu'elles apportent en naiffant dans leur fyftême fenfible : c'eft par cette raifon qu'une perdrix eft troublée & fe cacheen voyant3 quoique pour la première fois, un faucon qui plane dans les airs ; c'eft ainfi que le divin Créateur a rendu l'homme un objet de crainte prefque pour tous les animaux; fa préfence excite en eux; un fentiment de frayeur qui les détermine a fuir, a moins que 1'habitude de le voir 'Jouvent n'efface infenfiblement cette fenfation, & ne les rende familiers de farouches qu'ils étoient. Si un loup n'ofe faifir un mouton par la crainte du berger ou du chien qu'il voit ou qu'il fent, ce n'eft donc po'.nt paree qu'il fe forme une idee du danger qu'il court, mais paree que ces deux êtres fontnaturpllement pour lui des objets d'antipa'? thie, dont il s'éloigneroit de toutes fe$

Sluiten