Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de VAme. %9 fois des enfans qui, en jouant, font une ligature a leur pouce , & qu'au moven de quelques piquures, qui ne font accompagnées d'aucune douleur, ils tirent de leur doigt quelques gouttes de fang; d'oü il conctut que la ligature fufpendant en quelque forte'la communication établie par la fageffe fouveraine, entre le pouce tk 1'ame, la piquure n'eft fuivie d'aucune fenfation; marqué certame, ajoute-t-il, que ce n'eft point dans les membres, mêmes vivans, que rélide Ia douleur ou le plaifir.

Enfin , dans les réflexions que 1'auteur faitfurl'étendue de la fenfibilité de l'ame,il rapporte a cette fenfibilité la mort qu'une aftedion trop vive de douleur ou de joie caufe quelquefois. « Mais, ajoute-t-il, » comme il ne dépend pas toujours de „ la volonté de 1'ame d'affoiblir les fen» fations pleines de véhémence , dont fc les atteintes la furprennent au dépourvu » & malgré elle, une providence atten» tive a la confervation des hommes

Sluiten