Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de VAme. 'ïOj* i dans les deux cas, fuivant que les orjganes bien ou mal difpofés ont préfenté ia 1'ame les objets d'une manière claire & i exacte , ou confufe & trcmpeufe. Telles Ifont, en deux mots, les opérations ds ice qu'on nomme Vefprit, d'oü nous tirons He fond de nos connoiffances, de nos opiinions , de nos préjugés. Entroiis dans t quelques détails fur cette vue intérieure , Ibien digne de fixer un moment notre attention.

Si on demande a Locke par quels moyens 1'ame acquiert cette prodigieufe quantité d'idées que Pimagination de l'homme ,

i toujours agiffante & fans borne , tui pré.

I fente avec une variété prefqu'infinie, tous ces matériaux,qui font comme le fond de tous fes raifonnemens, de toutes fes connoiffances , il répond que nos idéés viennent de deux fources ; la première de nos fens qui , frappés par les objets extérieurs, fourniffent a 1'ame des perceptions diftinftes de leurs qualités fenfibles; & 1'autre de la réflexion, Or, cette réflexion n'eft

Sluiten