Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

ïïö Ejjai fur les faculte'ü

mcyen que nous entendons ce que fignlfient les mots abftraits , fubftance, dureté, étendue, froid, chaleur, appercevoir, penJer, raijonner, croire ,vouloir, &c.; mais une fois que 1'entendement a bien faifi , de cette manière, la fignifkation de tous les mots qui compofent notre langue, dans 1'ufage habituel que nous en faifons, foitfpour parler , foit pour e'crire , il n'eft plus néceffaire que la vue intérieure nous repréfente 1'idée ou 1'image de la chofe que chacun de ces mots exprime; il fuffit alors qu'elle nous retrace les caractères avec lefquels ils font écrits, tant il eft vrai qu'il faut que cette vue foit toujours pour quelque chofe dans nos penrées(i).

On a fouvent dem indé que deviennent les idees dont on cefje de s'occuper ? Oü fe confervent-elles ? D'oü reviennent- elles lorfqu elles fe repréfenrent a nous ? Efl-

( i ) J'ignore- de quelle manière ceux qui ne favent pas lire fe repréfentent les mots qu'ils prononcent.

Sluiten