Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

EJfni fur les facuiiis 1'éducation littéraire fut fi négügce , & dont le génie ne fe développa que fort tard , juftifie cette opinion.

EHe nedoit point paroitre un paradoxe fi 1'on confidère qus les trois fiècles dorit j'ai parlé ont commencé dans un temps d'ignorance oü les lettres rampoient encore ; que lorfque les ouvrages d'Hcmère & ceux de Corneille parurent, la génération préfente étoit dans un age oü 1'efprit tout formé étoit capable de s'élever par les impreffions que ces chefs-d'ceuvres faifoient pour la première fois fur le ceni tre du iyftême fenfible; mais que dans les générations fuivantes, aucune éducation littéraire n'a pu s'oppofer a la décadence des Iettres. Au furplus, qu'on ne penfe pas que je condamne cette éducation; elle eft trop k 1'avantage de la fociété par rapport aux fciences, aux arts , & aux agrémens qu'elle peut en retirer. J'ai voulu feulement prouver que fi un homme avoit réellernentapporté en haiffant le germe fi rare d'un génie fupérieur, par la difpofition

Sluiten