Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de VAme. I-!

volonté ; que lorfque nous n'agiffons point, c'eft qu'il furvient quelque nouvelle caufe, quelque nouveau motif, quelque nouvelle idéé qui modifie notre cerveau d'une manière différente, qui lui donne une nouvelle impulfion; une volonté d'après laquelle , ou elle agit, ou elle eftfufpendue, &qu'en tout cela nous agiffons tpujours fuivant des loix néceffbires.

Enfin, voici comme 1'auteur termine la chaine de fes fophifmes fur eet objet. « La fatalité, dit-il, eft donc 1'ordre na» turel, immuable , ncceffaire , établi « dans la nature , ou bien la liaifon in» difpenfable des caufes qui agiffent avec » les effets qu'elles opèrent. D'après ces » caufes, les corps pefans tombent, les » corps légers s'élèvent , les matières » analogues s'attirent, les contraires fe repouflent; les hommes fe mettent en » fociété , fe modifient les uns les autres, » deviennent bonsou méchans, fe ren» dent mutuellement heureux ou maj-

H2

Sluiten