Geen zoekvraag opgegeven

Tekst
Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

186 Ejfai fur les facultés leur expérience; prefque tous ne voientle bonheur quedans autrui: infenfiblesatous les objets dont ils jouiffent, & que d'autres envient , ils s'eftiment malheureux, & ils le font réellement. Mais n'exifte-t-il pas un bonheur plus folide auquel tous les hommes puiffent afpirer, & qui nepuiffe être altéré, ni par la différence des conditions , ni des tempéramens ? Oui, je le vois dans 1'efpérance d'une vie future & e'ternelle. Mon état n'eft point de prêcherjfur les dogmes de la religion ; c'eft la philofophie qui me dicte que fi la révélation ne nous avoit pas annoncé cette vie future, il faudroit la fuppofer pour notre bonheur, paree que c'eft Ie point de vue qui préfente 1'objet Ie plus digne de l'homme. L'efpérance ! le plus doux & le plus inaltérable des fentimens, feul capable d'adoucir les amertumes de Ia vie (i).

(i) Voyez laquatrième épttre de Pope furie fconheur de 1'homme , c'eft fous !e même afpeil que lui, que je viens de le confidérer.

Sluiten