Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

rice et d s Ci/Hauwe, avait rssissinés sar ux dchaffaud; et Ie même espiit de barbarie et de vengcance anrajait les satellites de ce Stadhouder dont les Armeés Prussiennes venaieni d'imposer de nou. Teau le joug a la Hollande.

Après avoir fait les plus grands sacrifices pour k defense de sa libertd, et lorque j'eus acquis la triste certitude que mes services ne pouvaient être utiles a mes concitoyens, je me déterrainai a m'eloigner des lieux qui ïn'avaient vu naitre. Mes principes et ma delicatesse me defendeoient également de reconnaitre et de servir un Gouvernement introduit par la force et contre le voeu de h majorité des choyens Bataves. Les membres de la regence de la Province d'Ilollande aux qucls, je ne balancais pas a declarerraa facon de pensei dans ces circonstances extrómes, me conseilléreut de me rétirer sur le territoire Francais; ils daignerent méme me munir de leurs lettres dc Técommandation pour le Ministère de Versailles, au quel je les rémis au mois d'Octobre 1787.

En exécutant cette résolution, je cedai aux voeux de mes concitoyens , et j'obdis pour ■ainsi dire aux ordres dc ma Patrie qui me faisait eStcndre sa voix parleseul organe qui lui rcstait a cette époque.

M. de Kaütscbef, Ambassadeur de 1'Imperatrice de Russie prés les Etats-Généraux des ProvineesUnies, avoit bien voulu, au nom.de sa Souva,-

Sluiten