Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C *4 )

Je ferais en sorte de vous donncr des gens ca„ pables de vous seconder. Je suis forcé deparr tir pour Sirasbourg ou il regne beaucoup d'agi„ tation; en attendant le Général Ke!leiman\\tn,, dra me remplacer ici; il vous estime, et il compte, ainsi que moi, sur vótre zèle pour empêcher les malveillans de réussir dans leurs complots de desorganiser 1'Armee du Rhin." Cette derniere considération pouvait seule me déterminer a accepter la place de Chef de 1'EtatMajor; car, ma qualité d'Etranger et les raisons de délicatesse, qu'eile m'imposait me faisaient également desirer que des fonctions aussi im portantes fussent remises en d'amres mains. Mais, je sacrifiais mon repos et le soin de ma süreté a mon devoir ei a mon attachement a la Patrie, et je fus assez heureux dans ces circonstances pour lui conserver la fidèlité et les services de plusieurs Officiers de mérite qu'un instant d'erreur pouvait entrniner sur la rive droite du Rhin.

Les intrigues des ennemis de la Liberté n'eu* rem pas tout le succès dont ils se flatraient; et je dois rendre jus'ice, dans cette occasion, au civisme des Citoyens Bertrand, Commissaire du Departement du P»as-Rhin, Barthelemy , Bailly et Cavruis, Adjoints.a 1'Etat-Major, qui parleur activité et un 7è!e constant pour le service public contribuaient bemcoup a trauquilliser les esprits et i dejou;r les manoeuvies des malveillants.

Sluiten