Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( =8 )

perroi de suïvre, ee qui'est vrai, voila la scule chose qu'il lui est permis de dire, Nulle confidération , quelque importante qu'elle puisse être, ne doit détourner un patriote de la justice et de Ja verité. II se doit tout entier é sa Patrie: il ne peut ni s'enorgueillir des honneurs qu'il recoit, car sa Patrie ne les lui doit point, puis qu'il n'a fait que ce qu'il était obligé de faire; ni, s'irriter des réfus qu'il éprouvé fussent-ils même injustes, car il ne lui appartient pas d'en condamner le motif. La Patrie ne peut jamais avoir tort vis-a-vis d'un de ses membres, c'est-a dire que dans aucun cas, il n'cst permis a un Citoyen de se venger des injustices de sa Patrie. — II en est d'elle, comme de 1'autorité paternelle; un fils doit plaindre son Père mais il ne doit jamais cesser de lui obèir et de le rcvèrer s'il tombe dans une faute ou dans une erreur.

D'apres ces principes, un patriote cherche moins a paraitre homme de bien qu'a 1'être véritablement. II ne cherche pas les cmplois, mais il ne lui est pas libre de réfuser ceux aux quels 1'appelle la confiancc de ses Concitoyens. Comme Amphia* rai'is, le patriote ne met point de ddvise sur son bottelier, car il est sür d'être brave et il ne cherche point a tircr vanit^ de sa bravoure. II pardonnc les offenses, parceque son premier besoin est celui de snerifier ses intéréts aux intéréts de 1'Etat ct de donner a ses Concitoyens 1'cxcmple

Sluiten