Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C50

ftant donüée par les hameurs qui environnent c& Fauxbourg, il est a peu prés itrmossible d'empêcher, un ennemi entreprenant ou qui se porte sur le Mebi aveC rapi'ité, de devenir le Maitre dü cours du fleuve, d'intercepter les Communications maritimes avec le Corps de la Ville, et d'en foudroycr. également les remparts et les maisons.

Dans une pareille situation , un commandant qui a épuisé tous ses moyens de défense, est non-seu* Jgfflent irréprochabk s'il est forcé de capituler avec rennemi, mais il peut encore avbir bien mérité de sa Patrie. Si on se rappelle que deux mois auparavant Custine, cc mtw.e. Custine prit possesfionde Francfort sans y trouver la moin 're resistance; si on se rapelle que quatre ans après PArchiduc Charles évacua pour ainsi dire cette Ville a l'aproche des phalanges Ilépublicaines, et qu'a deux mois de distance 1'Armée de 'Jout dan, traversa cette ville Sans songcr a la défendrc, et que les Autrichien en prirent possession sans coup férir, on demeurera persuadé que Francfo-t est une espèce de fiation Militaire, mais ne saurait être regardée comme une ville de guerre: et certes, après les autorités que je viens de citer mon assertiou doit paraitre sans replique; car, le courage des République Francais a rempli les PaLtis du Corps Législatif et du Directoire Exécutif des drapeaux eulevds aux ennemis dt la République; et les taleöfi du Général Jourdan, investi de nouveau de la Confiance de son Gouvernement et de ses CorH

Ö 2

Sluiten