Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C 75 )

valier9, presque hors de service ainsi que leurs chevaux, par les patrouilles et les escortes qu'ils avaient été continuellement obligês defournir. L'artillerie consistait comme, on Pa vü plus haut, en deus pièces de canon de 3 livres de balie, et ao a 30 cartouches par homme, formaient toutes les munitions que le Général Custine avait laissé dans Francfort.

C'est avec de pareils moyens que j'étais condam«é ft soutenir un siège et ft repousser les efForts d'une armée de 50 ou sokante mille hommes, pour.. vue d'une nombreuse et grosse Artillerie , commandée par le Duc de Brui.swick, et ayant ft sa te te le Roi de Prusse: et, en outre, j'avais a défendre une ville ft peu prés oOverte, dc toutes parts , dont les habitants étayent révoltés de la conduite du Général Custine, et dont le Sénat avaitreeude ce Général de vive voix et par écrit, 1'assurance qu'il ne serait pas tiré un coup de canon contre cette ville, tandis que ce Général, m'ordonnait de la desarmér et d'y mettre le feu si elle bougeait.

A quatre heures et demie du soir, on m'anon9a un Officier Prussien accompagné d'un Trom* pette. 11 était precédé par une populace immence dont les cris de joyc ne me laissaient aucun doute sur ses intentions; les Juifs entr'autres, tinrent une conduite scandaleuse dans cette circonstance , publierent qu'il fallait ouvrir tout de suite les por« tes aux Prussiens, et allérent même jusqu'a von-

Sluiten