Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

avant d'avoir recu cet ordre, jeseraispromptement et efficacement secourru. Je devais donc m'attendre, enfin, de la part du Magistrat et des Bourgeois de Francfort, h toute la tranquillité et a tous les bons offices , dont la déclaration de Custine leur faisait un devoir envers la garnison Francaise qui était, encore , dans leurs murs : et quoique je fusse pleinement autorisé a me confierentièrrement a la prévoyancc et aux secours que me garantissait ïe Général Custine, je me crus obligé de lui faire connaitre dès le soir même les inquiétudes que me causaient les mouvements de Fennemi dans le voiïinage de la ville, et d'insister pour que Ls secours qui m'étaient si indispeusablement nécessaires, si je venais a être attaqué me parvinssent saus retard. On verra a la fin de ce récit, sur quel ton et dans quel style le Général en Chef de 1'Armée Républicaine répondit a mes craintes et a mes de"* pêches.

Et cependant Custine ne pouvait révoquer en doute les renscignemens que je lui transmettaissur les mouvement de l'armée Prussienne ; car, ils m'étaient fournis par un Citoyen de Francfort, que mon devoir m'engage a ne pas nommes ici, en qui ce Général m'avait ordonné le 21 Novembre d'avoir confiance: (15) d'aprèsun ordre aussi précis de mon Général je serais devenu coupab!e si j'avais négligé de Pinformer de tous les avis qui me parvenaient par cstte voye. Mais elle sert en même

Sluiten