Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C »l >

qu'il prodiguait si solemnellement au Sénat et aux Magistrats de cette ville qu'elle n'aurait, dans aueun cas, de siège a soutenir.

Certes, s'il est des moments affreux dans la vie pour un homme d'honneur, c'est sans contredit la situation dans laqudle j'étais plongé qui peut faire apprécier la longueur de semblables instants. Mais, de quelques dangers que je fusse environnd , j'étais fermement résolu de ne pas compromettre 1'honheur der armes Francaisés, a périr victime de ma fidélité aux intéréts de la République Francaise et a èbéir strictement aux ordres du Général a qui elle avait confié le commandement de ses Armée sur le Rhin. Plus ce Général paraissait incertain dans ses projets, et contraire a lui-même, plus j'étais invariable dans ma résolution et dans mon serment de fidélité a Phoniieuret a la République Francaise. Je faisais moi même nuit et jour, les rondes qu'exigeaitent Ie service de la place et Paproche des ënnémis; je e'herchais a tout voir par mes yeux affin de m'assurer de la pleine exécution des ordres que j'avais donnés; je surveilais les postes avec la même vigilance que j'observais les mouvemens de 1'ennemi ; et en maintenant, dans 1'interieur de la ville, nne discipline exacte et une tranquiüté parfaite, je ne négligeais aucune des précautions capables <Pempécher une surprise de la paf d'un.Canitaine aussi actif et aussi versé dans la science militaire

Sluiten