Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Cm )

une dïrection plusnoble. „ Songezbravescamer*» „ des , que je suis vótre Général, que vótre honneur comme le mien exige que je sois au milieu de vous, et que je suis vótre Commandant 5, pour périr avec vous si je népuis vous conser„ ver a la République." Je me rendis en prononcant ces mots, sur le pont et jusques dans Pavancée, dans 1'intention de faire cesser un mo ment le feu pour être instruic de ce qui avait eu Reu ft 1'égard du trompette dont je viens de parler : car, s'il avait été effectivement tué, la garnison était expusée dans le cas de la prise de la ville, i être passée au fil de 1'épée. II était donc essentiel, dans cette circonstance, de ne point agir, au moins volontairement, contre les usages et les droits de la guerre; mais réfléchissant aussitót que les Grenadiers ennemis fussillaient avec mes Soldats ft brulle-pourpoint, et craignant si je donnais 1'ordre d'interrompre le feu que cet ordre ne fut pris pour ceiui de la retraite, je me décidai ft laisser csntinuer le feu. Je me rendis au rempart, et ensuite dans la fausse braye de la courtine, ft coté de Ia porte, pour obssrver ce qui se passait, et examiner de plus prés les dispositions d'attaque de 1'ennemi. Deux boulets de canon entrèrent a quatre pas de moi dans le talud du rempart, un troisième donna sur un batiment ft cóté du quel je repassai, et quelques éclats tombèrent même sur moi. Je vis tombervis-jt-vis

Sluiten