Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C M» )

9e moi et ft une trés petite distance plusieurs Soldats et Officiers ennemis, et entr'autres un Officier , que j'ai sü dépuis être le Capitaine^^'o^f, des gardes HessoiseSê

Dans ce moment j'envoyai ordre ft la Compagnie des Grenadiers du 5010 Bataillon du Bas - Rhin de border le rempart ft. drohe et a gauche de la porte neuve. . Elie se rendit ft cette porte, une partie des Giénadiers montèreut au rempart vingt cinq d'entr'eux, cnviron, entrakiés par 1'exemple d'un de leurs Officiers se siuvèrent et sortirent, quelques instants après de la ville, par une desportes du cóté opposé de Pattaque. Je m'apper^ns en même tems que POfficier de garde ft Ja porte neuve avait quitté son poste, que de la garde entière ii ne restait qu'un seul volcutaire, et peu de tems après on vint me faire rapport que POfficier et tous les Soldats de garde ft 1'avancée de cette même porte, avaient également deserté leur poste. Je vis un rassemblement considérable

prés de cette porte, et j'entendislescrissuivants; assomons ce Commandant, il se mocque de

„ tout ce que Custine nous a promis jeudi, il dit ft ses Soldats de sedéfendre jusqu'a la der-

,, nière extremité; il va faire venir ses canons etveutfaire ruiner la ville,- assomons cc Com-

„ mandam et tout sera bientót fihi." Un certaiu

nombre de garcons de metier, armés de batons,

de sabres, et de pistolets vinsent efiéctivement ft

moi;

Sluiten