Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

( "9 )

venais d'-ctre tué, ils gagnerent il toutes jambes la porte de Bockenheim par laquelle ils sortirent de la ville.

11 est du dévoir d'un Général de signaler h lacheté comme la bravoure, et de flétrir eeux qu'il ne saurait punir paree qu'ils ne se laissent point atteindre. Le nommé He-bin ci devant écrivain ft 1'Etat-Major de 1'Armée du Rhin , et attaché dépuis a mon Quartier. Géneral lacha honteusement le pied des le commencement dc Pattaque, et dans le moment oü ses services m'étaient plus nécessaires que jamais; ses déclamations et son exemple comribueient beaucoup il la défection du péloton dont j'ai parlé et a celle de plusieurs Soldats. J'étais cependant parvenu, malgré toutes sortes de difficultés, a faire connaitre au piquet du 82e Régiment d'inrantetie 1'ordre de se rendre a la Porte-neuve; mais malgré la contenance extrêmement ferme du Commandant de ce piquet auquel j'avais ordonné de percer a travers la foule, coute qui coute, il füt répoussé par les garcons de meüèrs avec perte de cinq hommes tués ou blessés. Ii devint physiquement impossible a ce Commandant d'atteindre la porte dont il-evait remplacer la garde qui avaitpris la fuite, ainsi que je 1'ai dit plus baut.

Pendant que tout ceci se passait les députations des bourgeois se succedaient sans interruption, et elles avaient toutes pour objet de m'éngagcr ï ne

H 4

Sluiten