Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C 130 )

SaxMöuteri. venait ïgalëment de prendre la futte. J'avais Jaise une forte garde dansceFaüxbourg, paree qu'il renfermait ufle'popuIatióliconsMéfable', mal disposée, en général, pour les Francais, et paree que cc poste était en outre d'uneimportance raajeure pour prévenir les entréprises que 1'ennemi 'eüt pü tentcr contre la ville par le Mein en y faisant descendre des bateaux de débarquement. Mais, 'ces précautions ne servaient qu'a rendre plus grande la perte d'une partie, si considérable par ellemême, de mes forces. J'étais donc, parcetabandon k Tentière dhcrêtion de 1'ennemi: ct , nuldo'Jte qu'il ne fut entré bien plutót dans Francfort s'il avait connu la véritable situation dans laquelle je me trouvais.

Pour comble de désastres , on me fit rapport que la cbaïue d'un des petits pont lévis venait d'être briséc par 1'artillerie ennemi, que cepont était baissé, que le grand pont allait 1'être incessamment, et que les sappeurs Hessois accouraient pour en foncer la porte capitale; et j'appris dans. la suite que 1'officier d'artillerie qui dirigeaitlapièce au moyen de laquelle ce pont lévis fut abattu, avait obtenu de son Souverain la croix de mérite militaire. Je dois a la vérité de dire que les troupes Hessoises donnérent dans cette circonstance , des preuves de courage et de fermeté qui sont au-dessus de tous les éloges. Elles soutinrent d'une maniere distin£uée la réputation de leurs armes, et deve-

Sluiten