Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

C 'S9 )

1'Europe, h poser les armes; le Souverain dc laPrusse, ses Min Is tres et ses Généraux ont montré autant de sagesse que de dignité; et si a la suite d'une animosiré qui leur était étrangère, ils ont reproduit dans le cccur des Francais ce respect et cette estime que la politique < eMrée et le grand caractèie de Frederic II. leur avait inspirés en faveur de la Monarchie P ussi"nne,ce n'est pas pour avoir exageré le courage des Rénublicains Francais; c'est pour lui avoir rendu justice , que deux Nations si digne de s'airaer ont renoué fes noeudS d'une alliance qui repond ;\ 1'Europe de sa tranquilité , a PAllemagne de sa conservatioü. Ft certes, une pareille exagération en fait de bravoure, a été rendue impossible méme a la jalousie; car, la gloire de la République Francaise est repandue dans toutes les contrées oii ces Républicains ont porté leurs armes, et s'ils ont cu 1'Europe entière a combattre, c'est 1'Europe entière qu'ils ont vaincue.

Mais sans m'abandonner plus longtems a cc sentiment d'admiration que 1'éclat des armes Francaises transmettra a nos derniers neveux(car, c'est sur tout a la République Batave qu'il appartient de s'honorer des exploits de la Fvépublique Francaise,) je ne saurais m'empêcher de revéler que les Généraux Prussiens et Hessors n'ont été que Jnstes dans les éloges qu'ils ont accordés a la rcsistancc de la garnison Francaise de Francfort,

Sluiten