is toegevoegd aan je favorieten.

Verhandelingen van het provinciaal Utrechtsch genootschap van kunsten en wetenschappen.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

De la Rage dans PHomme. Ï79

lage (1). Ces morfures au Vifage, font, toutes chofes égales, plus dangéreufes, parceque, a raifon de la partie, il efl difficile de détruire le Virus complettement, ce qui doit furtout s'entendre des playes aux Joues, ou il peut trés facilement refter Un peu de Venin dans un coin, & ou 1'on n'ofe point, par la crainte de la difformité, employer les Moyens Locaux avec 1'énergie, qu'ils exigent,

c.) Une grande Playe eft, de 1'avis de tous les Praticiens depuis 1'antiquité jusqu'a nos jours, préférable a une petite (bien entendu, qu'il n'y aura ni groffe Artere, ni gros Nerfs de dechirés) fur tout, fi elle faigne bien & fuppure longtems. Neque vero tantopere metuenda in demorfis a Rabido majufcula vulnera, quantopere minora, quippe majori e vulnere fanguis copiofior emanans confer> tim, virulents liquoris nonnihil fimul ac femel exhaurire poteft, dit Discoride (2).

d) La multiplicité des Playes rend le danger plus grand & prèsque inévitable, parcequ'il eft difficile, pour ne pas dire, impoffible, de les trailer toutes de maniète, a ce que 1'on détruife complettement le Venin dans chacune d'elle. Un Malade avait 20. playes, qui occupaient toute la Face depuis le Coronal jusques au deffous du Menton, y compris les Oreilles, avec déchirement des

(1) Le Roux, p. 68. feq. 81. Hifi, de la Socièté de Medecine, 1783. 2me partie. p. 133. — Baudotp. 115. &c, Ca) Libr. VI. Cap. I.

M 3