Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

311e 1'est Ie Düc de Brunswick. Aussi s'il n% Uit permis de me louer de quelque chose, dans le fatal commandement qui me füt confié a Franc* fort, je parierais de la vigilance que j'apportai conStamment a la défense de cette ville; car les Généraux Prussiens et S. M. le Roi de Prusse se sont chargés de faire Péloge de la bravoure des Soldats Républicains renfermés dans Francfo-t; et leur Commandant a partagé Phonneur de leur défense, comme il a partagé les tourmens de leur longue et pénible captivité.

Les mouvemens de 1'ennemi dévenant de plus en plus sérieux, et un Trompette Prussien s'étant approché des portes, je m'empressai d'en donner connaissance au Général Custine. Je me voisobligé de rapporter ici un extrait de deux dépêches que je lui addressai le 30 au soir.

Les mouvements des Prussiens ne laissent

plus aucun doute , je vais probablement être „ sommé de nouveau ct attaqué. Si vous compter sur la resistance de Fiancfort, il faut de

nécessité que le secours que vous me faite es*

pérer dépuis si longtems, arrivé promptement. „ Je n'ai qu'a me louer du Magistrat; aucun in-

dice ne me fait soupconner les Bourgeois de

Francfort de mauvais desseins contre nous; s> quoi qu'en même tems il soit aisé des'apperce9, voir que 1'Armée considérable qui est h. leurs por-

tesettant de bouchts a feu qui sont dans levoisi-

Sluiten