is toegevoegd aan je favorieten.

La vie de Frédéric, baron de Trenck.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

sgo V 1 Ü ï> U BARON

„ va voos la rendre fur le champ; je fu;s pref„ que fur qu'il a voulu vous faire une plaifan„ terie, car c'eft un malin compère."

Le bon homme fuit le Juif, qui le conduit dans une chambre, oü fe trouvoient quatre autres Ifraélites; la caffetière étoit fur une table. L'AlIemand la reprend,en difant: ,, Dieu foit loué, „ je la retrouve." Le Juif ne dit mot, & 1'Allemand fe retire chez lui avec fa caffetière. II étoit a peine forti, que les cinq rabbins vont Chez le juge, & dépofent avec ferment qu'un Allemand eft eniré dans leur chambre & leur a volé une caffetière d'argent. La garde les accompagne ; ils entrent chez 1'Allemand. Le Juif s'écrie: „voila ma caffetière." Les autres, comme témoins, difent tous que c'eft elle-même.

L'Allemand eft arrêté comme voleur, paree qu'il ne pouvoit produire aucun témoin, & fur le témoignage des cinq Juifs, il eft condamné i la corde.

Je lui ai parlé dans fa prifon; c'eft de fa propre bouche que je tiens toute cette hiftoire; cet honnête homme a été pendu a mes yeux, & c'eft chez les Anglois que s'eft commis cette aftion abominable!

Je retourne pour quelques inftans a Aix-la, Chapelle, oü, depuis cette époque, il m'eft encore arrivé un petiC nombre d'aventures remarquables.