is toegevoegd aan je favorieten.

Oeuvres badines, completes.

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

F I D È 1 É. 2.$%

que fi je le pouvois , je rendrois la vie a Zéi lim , autant a caufe des fentimens que vousi aviez pour lui, qu'a. caufe de I'amitié fineer© qu'il m'avoit infpirée : quoi qu'il en foit, j'af réfolu d'aller a Conftantinople pour combattre Caloandre, uniquement pour vous plaire & pour vous venger; car je ne veux vous devoir qu'a vous-même. Ah ! que je ferois heureux fi vous daigniez m'affurer que mon triomphe vous feroit agréable !

Uranio prononca ces paroles en tremblant , & même en verfant quelques larmes. Léonide , que la générofité n'abandonnoit jamais, lui répondit avec douceur : Uranio, 1'équité veut que je vous faffe régner , ou que je renonce a mon empire. Je n'oublie point ce que vous avez fait pour moi, & croyez que je me reproche tous les jours de n'avoir pas pour vous les fentimens que vous méritez. Au refte, le projet de vaincre Caloandre eft le plus difflcile de ceux que votre valeur peut entreprendre ; j'ai fait 1'épreuve de fes forces , & je fuis d'autant plus fachée que vous ayez envie de le combattre, que je le hais beaucoup moins, puifqu'il a fait périr le chevalier de Cupidon, comme j'avois raifon de le croire. Cependant fi vous avez envie de m'abtenir , allez, &. remportez une victoire que je ferois fachée

Piv