Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

aient pesé sur clle. Pour nous édifier ct pour nous consoler, nous rappelons modeslcment des frèresqui ont fait Ie bien sans ostentaiion, dans la vue d'obéir a la mission qu'ils ont reeue de la divinité, et aux iuspirations de leur cceur, qui par cela scul ont bien merité de leurs semblables, et sont les plus dignes des regards de la divinité et du vrai sage.

Les taclies légères de leur vie ont été bien effacées par eet amour du procbain que le divin législateur recommande eomme 1'aceomplisseaient du premier, du plus indispensable des devoirs, et en faveur duquel il promet Ie pardon de toutes les fautes. Quand nous ne serons plus, que 1'on puisse dire de nous , comme nous avons le bonheur de pouvoir le dire de nos frères : lis furent cliaritables et bienfaisans. Nous n'aurons pas besoin d'autre éloge devant ceux qui nous survivront, d'autre recommandation devant le Juge suprème. C'est la en effet tout 1'homme, tout le citoyen, tout le maeon. Hors de la, tout est vanité, tout est mensonge; et les oraisons funèbrcs les plus élcquentes, si elles ne eélèbrent pas de vrais services rendus a nos semblables, soit par des travaux utiles, soit par des oeuvres charitables, ne sont que de brillantes impostures, des outrages a la moraie, j'ai presque dit des conspirations contre 1'humanité.

Un profond silence a régnc pendant la lecturc

Sluiten