is toegevoegd aan je favorieten.

Procès verbal de la commémoration funèbre des membres du G. O. de France, dont les décès ont été connu pendant l'année 5837, célébrée par le G. O. de France le 28e j. du 17e m. lunaire (Véadar) 5837 (24 mars 1838, ère vulgaire)

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

de la négligence, paree qu'il eonsacrait les moinens dont il pouvait disposer a la fréquentation des sociétés savantes; chef de bureau dans une des premières administrations du gouvernement, il se contenta d etre digne de sa place; il crut au-dessous de sa dignité d'homme de descendre au róle de solliciteur, et un sollicitcur habile le rempla^a. Une melancoliehabituelle, une proFonde sensibilité, 1'amour des lettres qu'il cultiva avec quelques succes, Ie rendirent insensible aux faveurs de la fortune ; le G.-. O.*, touché de sa situation voisine de 1'indigence, et surtout calculant les nombreux services qu'il avait rendus et qu'il pouvait rendre a FOrdre, d'une manière désintéressée , se fit un devoir de venir a son secours-, mais comme son noble caractcre se serait refusé a un bienfoit, on lui proposa les fonctions de Gr. • .-Trés. •., d'abord, et ensuite celles de Chef du Secrétariat, qu'il accepta successivement. Cette confiance du G.-. O.-, ne fut point une faveur, mais bien un acte de reconnaissance ; nos regrets et notre estime l accompagnent. dans sou tombeau et le vengent de la calomnie de certaine Loge qui, ne pouvant le rendre parjure, 1'accusa d un vil sentiment d'intérèt que démentent si éloquemment tous les actes de sa vie privée.

C'est encore a un des dignitaires du G.*. O.-. , que je serai redevable des principaux traits qui ho-