Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

145

heeft later erkend, dat S. G. gelijk heeft gehad en zij verkeerd deed diens raad in den wind te slaan. Toen de politieke toestand hopeloos verward werd, ontving de graaf van A r t o i s een ongeteekenden brief van den volgenden inhoud:

Monseigneur,

Le temps de vötre perte approche; vous n'avez pas voulu conquérir 1'estime des Parisiens. Vous apprendrez a vos dépens ce que peut leur haine! Encore quelques mois et malheur a vous! malheur è vos amis! malheur a tous ceux qui ont dédaigné la franc-maconnerie, persécuté Cagliostro et tourmenté les frères!

Un autel expiatoire 'sélèvera au lieu même oü les Templiers périrent et les victimes qu'on leur immolera en représailles seront les descendans du roi qui les fit périr et les successeurs des prélats qui les condamnèrehtl

Tremblez Monseigneur, je vous préviens du péril, votre mort est forcéel Sauvez vous! Sinon, vous mourriez comme mourront le roi, Monsieur et la Reine.

De koningin ontving vóór. dien brief eveneens den raad om te vluchten en Mad. d'Adhémar werd een brief in handen gespeeld luidend:

Tout est perdu, ce soleil est le dernier qui se couchera sur la monarchie, demain elle n'existera plus, il y aura un chaos, une anarchie sans égale. Vous savez tout ce que j'ai tenté pour imprimer aux affaires une marche différente, on m'a dédaigné; aujour d'hui il est trop tard.

Sluiten