Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

23

deun, dass auslandische Forderungen vom fremden Regierungen unterstützt werden, oder dass ein Land der Kontrolle anderer Lander unterstellt ist. Allerdings wird jeder Staat im eigenen Interesse darauf bedacht sein, seine Schuldverbindlichkeiten pünktlich zu erfüllen, weil er nur dann hoffen kan, stets ausreicheriden und billigen Kredit zu erhalten."

Qaston Jèze zegt over deze kwestie *): „La süreté des prêteurs est tout entière dans la bonne foi des gouvernants. D'une part, les biens de 1'Etat sont insaisissables. D'autre part, les assignations de recettes comme garantie de paiement ont été abandonnées par les grands Etats modernes, connne incompatibles avec les principes modernes du gouvernement et comme sans utilité pour les prêteurs. Dès lors, le crédit public est fait de la fidélité avec laquelle les gouvernants tiennent les engagements pris envers les prêteurs. C'est cela qui donne confiance aux créanciers. Et voila pourquoi les Constitutions des Etats civilisés modernes, exigent rintervention des Chambres legislatives pour 1'autorisation des emprunts publics. C'est 1'engagement le plus solennel qui puisse être pris, que le service de 1'emprunt sera fidèlement exécuté."

En verder2):

„Enfin, argument de sentiment puissant, Ie crédit public n'est il pas intéressé a ce que les représentants du pays viennent apposer solennellement leur signature sur les engagements de 1'Etat, et, par leur vote, apportent aux prêteurs de deniers la conviction que le service de la dette sera loyalement assuré?

Aan deze uitlatingen' van Jèze hebben we weinig, hij gaat uit van de woorden van M. Thiers „LTtat est, dit on, solvable et honnête homme" terwijl het hier juist te doen is om naar kenmerken te zoeken, waaraan de solvabiliteit en eerlijkheid zijn af te meten.

Tot op zekere hoogte als tegenhanger van Jèze, is A. Manes *) te beschouwen. Volgens hem is de vraag, of het staatscrediet zal stijgen of dalen, na een geheel of gedeeltelijk staatsbankroet, van allerlei bijkomende omstandigheden afhankelijk. Eén ding is zeker: de staat is na het staatsbankroet credietwaardiger dan daarvoor. Zijn schulden zijn toch door het bankroet verminderd.

*) „Cours élémentaire de Science des finances et de législation financière franc'aise" 1913 pag. 926. 5) do. blz. 78.

•) „Staatsbankrotte" l>lz. 96.

Sluiten