Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

§ 69.

120

de conclure que les. cours de prises des Etats-Unis d'Amérique auraient adopté jusqu'a un certain point les opinions anglaises.

Le tribunal de commerce de Lisbonne a déclaré sans détours qu'ü se considérait comme tenu d'appliquer les décrets nationaux, peu importe que ceux-ci fussent conformes, ou non, au droit international. Dans sa décision Max (558) le tribunal portugais, après avoir résumé comme suit la défense de 1'avocat des propriétaires d'un navire allemand capturé [comp. §§ 347, 348 et 380] :

que o decreto nó. 2 :565 é illegal, pois que revoga as disposicoes de Direito Internacional constantes de tratados e convencoes a que o Estado ainda sei encontra ligado, por nao os têr denunciado , réfuta cette défense de la facon suivante :

Considerando que aos Tribunaes d'um paiz compete cumpnr e faz'er cumprir as suas leis internas, sem têr que apreciar se ellasestao ou nao d'accordo com as convencoes internacionaes antenores. Dans le même sens Linda Woermann (548) : Considerando que nao é ao poder judicial, que cumpre corregir qualou'ér irregularidade ou excesso, que possa têr havido na captura de vapor em questSo, que demais os autos mostram têr sido feita de conformidade com os preceitos legais." /

Le tribunal des prises austro-hongrois s est trouve, dans 1 affaire des navires danois Caledonia und Stjerneborg (965 et 966), en face d'une attaque de front contre la validité de certaines dispositions du Dienstbuch" XXI-ia, „(welche) nicht mit einer Verbalnote zu einer allgemein verbindlichen Norm gestempelt werden können, zumal eine einseitige Erklarung einer Regierung die Regierung, an welche selbe gerichtet wird, nicht binde." Toutefois, la cour a éludé cette difficulté, en invoquant simplement le fait que lesdites dispositions, dérogeant a la Déclaration navale de Londres, faisaient fonction de représailles et que cette Déclaration, n'étant pas un traité international, ne lie pas les Etats. Voir la citation insérée dans le § 51.

(2) II va de soi que les règlements nationaux supposent leur concordance avec le droit international et que, par conséquent, ils n'ont pas en vue la solution de coriflits éventuels. Le plus souvent ils mentionnent comme équivalentes les régies du droit international et les prescriptions nationales. Comp. entre autres-:

Autriche-Hongrie : § 7, alinéa 3 de la „Prisengerichtsordnung":

Bei Fallung des Urteils haben die geitenden Gesetze und V orschriften, die'etwa bestehenden einschlagigen Staatsvertrage, sowie die allgemein anerkannten Grundsatze des Völkerrechts als Richtschnur zu dienen . .

Sluiten