Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

§ 94.

154

la capture avait été opérée le 16 mai 1915, la décision fut prononcée le 8 février 1916.

But supposing that the Proton he entitled to release under the Déclaration of London the Crown nevertheless asks for her condemnation

on other grounds. For an Order in Council passed on October 20, 1915, declares, that British Prize Courts shall no longer observe art. 57 of the Déclaration of London, but shall revert to their old rules and practice. Mr. Boots contends that this Order is not retrospective and cannot atleet his Client and so far as concerns the conduct of the Proton prior to her capture I think he is right. But ownership is a different matter to conduct. It is a continuing state irrespective of particular action, and is therefore a legitimate subject for consideration by the Court at any time.... I come to the conclusion that the Court is entitled to seek out the: real owner. . .. If I am to be bound by the flag, and have to say that the Proton is really a Greek ship and to be treated as neutral, then 1 declsxc etc

Le'Comité'Judiciaire du Conseü Privé semble adhérer a 1'opinion contraire. Car en statuant sur l'appel interjeté par le capitaine et le propriétaire du navire, ü déclaré expressément [Proton (927)] : The Déclaration of London Order in Council, No. 2, 1914, which declared that the provisions of the Déclaration of London should be adopted and put in force, was in force at the material time in this case.

Or par ce „material time" la Cour d'appel ne peut entendre autre chose que la date de la capture : 16 mai 1915, le jugement de première instance n'ayant été rendu que le 8 février 1916. Malgré cela, et bien que la Cour d'appel semble reconnaitre FappUraWhté de 1',, Order" du 6 novembre 1914, eUe finit par confirmer la décision attaquée. L'argumentation de la Cour suprème nous semble, au point de vue de la logique, presqu'incompréhensible ; en tout cas, elle est un exemple frappant de la dialectique particuüère de la jurisprudence britannique. Pour plus de détails voir ci-après, § 199, sous Grande-Bretagne.

F. Représailles. — Procédure. — Assistance hostile. 95. (1) Outre dans les hypotheses visées sous A—E (§§ 79—94)» 'les juridictions des prises anglaises se sont encore trouvées en face de questions de droit transitoire, entre autres en matière :

a) de 1'apphcation des „Reprisals Orders" successifs [voir sous (2)],

b) de procédure [voir sous (3)],

et c) d'assistance hostüe [voir sous (4)].

Mais ces hypotheses n'ont pas fait surgir de difficultés.

(2) Quant aux „Reprisals Orders" [voir particuüèrement § 321

Sluiten