Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

289

8 Iftd.

der Natar der Sache folgt as I kSe,^^LSS?™^ Af .,ü aa« bie. avidaTqt^aT^/^att S^" *?*

ST£ ISSÏÏLÏJUSS SS SrPs

aufgano^aa „orden g S^niot?»'*8 lïL^a^T men, dass man sich beiweiterer Priifi.no> fik» * Cg ^er anzunehohne weiteres m solch^ W^iL eereï^

gestellt bleiben kann wLóer V^ A ^ kÖnne' wobei dahindroit" gemeint haT-Nach mit dem Ausdruck >'de PW»

emen Hafen gleichzuachten sein winde " Emlaufen m

(747)mdu ta^T^ —^ 16 ™M *™ (747) du tribunal de première instance, qui avait trouvé occasion

d mterpreter 1 expression „mauvais état de la mer" dans 1'artick 21

de la meme Convention XIII comme impüquant aussi 1^ 1

brume épaisse („schwerer Nebel auf See")

4°. Règle des 24 heures (article 12).

§ ^ö^^^r^? ^ ** turner dans les ports et rades ou dans les eaux territoriales d'une Puissance neutre pendant plus de 24 heures, semble n'avofr^fS traitee devant les cours de prises des puissances belhgérantes^e la Cour des pnses pour 1'Egypte a dü se prononcer sur la question innlaire du séjour d'une prise ennemie pendant plus de 24 h'mes en rade de Suez, contrairement a la prescription expresse de 1'artTcIe 6 mis en rapport avec 1'article 4, de la Convention relative auïaLal de Suez [voir §§ 32 et 169]. anaJ Comp. aussi le paragraphe suivant.

5°. Acces de prises aux eaux neutres (articles 21 et 23).

8 164" d^W1? ^1,interdicti0n ™ée au Paragraphe précédent, la règle de 1 article 23, qui permet aux puissances neutres d'accorder at P-es escortées ou non 1'accès de leurs ports et rades, n'a donné Heu

lZl^2rXTr'U^C°m ^ PriS6S d'Une D«e beT gerante. Ce n est que le Comité judiciaire du Conseil Privé a Londres qui, dans un obiter dictum, s'est prononcé sur la questmn de

Verzfll, Droit des prises. question, de

39

Sluiten