Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

595

§ 327.

the second retaliatory Order in CouncU now under consideration [c.a.d. :

le troisième „Order", en date du 16 février 1917]. It recited etc. It

then set forth its cardinal provision that such vessels and goods should be Uable to capture and condemnation. It also contained a clause that the Order was supplemental to the said Order in Council of March n, 1915, and an intermediate one of January 10,1917, for restricting the commerce of the enemy."

B. Compatibilité ou incompatibilitê avec le droit des eens généralement reconnu.

§ 827. (1) La Cour des prises anglaise a commencé par appüquer le premier „Reprisals" ou „Retaliatory Order" sans s'occuper beaucoup dans ses jugements de la compatibüité de eet „Order" avec le droit des gens généralement reconnu. Cependant, eUe a, dès les premiers cas d'appücation, e. a. dans 1'affaire du Stigstad (332), indiqué les raisons pour lesqueUes eUe croyait avoir le devoir et le droit d'acquiescer aux demandes introduites par les représentants de la Couronne en exécution de l'„Order". Ces raisons se réduisent aux thèses suivantes:

a) un „Order in Councü" édictant des mesures ülégales en eUesmêmes, peut néanmoins être justifié — même vis-a-vis des neutres — par son caractère de représaüles légitimes a 1'encontre d'un ennemi qui, de son cóté, a commencé par commettre des actes ülégaux ;

b) la cour des prises n'est pas compétente pour examiner s'ü y a üeu d'édicter des représaüles ;

c) par contre, eüe est appelée a apprécier la nature des représaüles édictées, paree que ceües-ci ne sauraient être regardées comme légitimes, dès qu'eües nuisent a un degré déraisonnable aux neutres.

[Comp. aussi chap. 3, § 64 et ss].

„A very important question has been raised by counsel for the claimants as to the validity of the Order in Councü of March 11, 1915, the Order generaUy caüed the „Retaüatory" Order. The argument upón it has not been very fuü, and it would have been a pleasure to me, and I have no doubt an assistance also, to have heard a fuüer argument by counsel on both sides ; but inasmuch as doubt has been thrown upon the validity of the Order in Councü, I think it right to express my opinion upon it now, so as to put an end to the doubt so far as this Court is concerned. . . . The Order in Councü is issued, as the preamble states, as a retaüatory or reprisal order, and, according to the décision given recently by the Privy Council in the case of the Zamora (322), any Order in Councü authorising reprisals is conclusive as to the facts which are recited as shewing that cause for reprisals exists. I need not read the

Sluiten