Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

§ 350.

638

„Quando la Commissione delle prede abbia potuto accertare che le somme costituenti d fondo indicato all'art. i, owero le navi e le merci dichiarate di buona preda e confiscate in base al precedente art. 2, appartengono a individui di nazionaüta italiana originari di regioni soggette al dominio deü'Impero austro-ungarico, potra la Commissione medesima sospendere gÜ atti di ripartizione di taü somme, owero dei prodotti da ricavarsi daüa vendita di tali navi e merci, per informare il Governo del Re dei suoi accertamenti; e ü Governo del Re, previadeüberazionedel Consiglio dei Ministri, potra disporre che siano lasciate übere le somme, navi e merci appartenenti agli individui sopra indicati, owero potra invitare la Commissione deüe prede a proseguire negli atti e neüa procedura prevista dagü articoü precedenti."

C'est en vertu de cette disposition exceptionneüe que la Commission des prises de Rome a statué sur la „nationalitê" italienne ou non-itaüenne des propriétaires des navires austro-hongrois suivants : Gisela (1045), Salvore et 4 autres, n°. 2 (1196), Robinia, n°. 2 (1214), Arciduca Stefano, n°. 2 (1210), F. Mustner, n°. 2 (1211), Ampelea, n°. 2 (1212), Prudente e Ricordo, n°. 2 (1221), Olga, n°. 2 (1223), Zwir, n°. 2 (1247), Tatra, n°. 2 (1248), Maria Racich, n°. 2 (1254), Izabran, n°. 2 (1255), Jozsef Agost Fóherczeg [navire], n°. 2 (1253), Quarnero, n°. 2 (1206), Nimrod, n°. 2 (1208), Luzon, n°. 2 (1209), Spuma, n°. 2 (1207), E. Tazzoli ou Fausto Cosulich, n°. 2 (1260), MaÜekovitz, n°. 2 (1256), Dan, n°. 2 (1258), Duna, n°. 2 (1259), Izgled, n°. 2 (1257), Due FrateUi C., n°. 2 (1293), Moravia [navire], n°. 2 (1249) e* Ambra [navire], n°. 2 (1261).

Ladite nationaüté (nazionaüta), distincte de la „cittadinanza" (Staatsangehörigkeit), est généralement prouvée par la naissance d'une famüle itaüenne, corroborée par d'autres facteurs, comme p.ex. le dévouement h la cause itaüenne. Comp. p. ex. la citation du jugement Gisela (1045) dans la note 2) & la page 637. Lorsqu'ü s'agit de navires appartenant a des compagnies de navigation maritime, la Conunission des prises s'enquiert de la nationaüté des directeurs et des actionnaires. Lorsque le navire appartient en indivis a plusieurs propriétaires, eüe fait une distinction entre les parts ennemies et nationales. Comp. du reste a ce sujet ci-dessus, § 302.

Section III. — La matière de la Convention et le droit

coutumier.

§ 351. De même qu'en diverses autres matières du droit des prises, quelques cours se sont expressément prononcées sur la quèstWÉ*

Sluiten