Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

937

§ 539.

Autriche-Hongrie.

Fiore del Mare (65), voilier neutre en route pour Antivari, capturé dans les eaux monténégrines pour cause de transport de contrebande [von § 461] et, en outre, de violation du blocus de la cóte du Monténégro.

„Die Einziehung des Schiffes und der Ladung ist überdies auch noch durch Blockadebruch begriindet. Die Kenntnis der Blockade muss vermutet werden, weü Oesterreich-Ungarn am 10. August 1914 die Kuste des Königreiches Montenegro als blockiert' erklarte und unter demselben Datum die Bekanntgabe der Blockade-Erklarung an die neutralen Machte und an die Ortsbehörden in Dulcigno und Antivari erfolgte, somit bis zu dem am 28. November 1914 erfolgten Auslaufen aus S. Giovanni di Medua drei Monate und 18 Tage verstrichen sind. Dadurch ist die Zulassigkeit der erfolgten Beschlagnahme dargetan und das Schiff einzuziehen."

Italië.

Dans les affaires des voüiers grecs Aghios Spiridion etc. (262) mentionnés dans les paragraphes précédents, les débats se concentrèrent sur la question de savoir si, dans 1'espèce, les navires capturés avaient, ou non, connu l'existence du blocus de l'Adriatique et si la présomption formulée par l'article 15 de la Déclaration de Londres pourrait être censée écartée par les documents produits par les réclamants, savoir: a) une déclaration officielle de la légation de Grèce a Rome, confirrnant que l'existence du blocus, établi par le Gouvernement italien les 26/30 mai 1915 et notifié par celui-ci en temps utile aux puissances neutres, avait toutefois été publiée tardivement par les autorités grecques a Corfou, notamment pas avant le 24 juin 1915, c.a.d. quelques jours après la partance des voiliers grecs a destination des cötes bloquées; b) un certificat* constatant que le consul général d'Italie k Corfou, lui non plus, n'avait recu la défense de viser les patentes pour les ports de l'Adriatique, de 1'Albanie et du Monténégro que par un télégramme du 27 juin 1915. Cependant, la Commission des prises dénia a 1'une et a l'aütre de ces déclarations officielies le pouvoir d'invalider la présomption stricte formulée par l'article 15 de la Déclaration de Londres.

Aghios Spiridion et autres voiliers grecs (262); Aghios Caralambos (266), etc.:

„Osserva quanto alla terza proposizione deü'assunto contrario concernente la ignoranza del blocco, che questa ignoranza non puó per alcun verso ammettersi, perchè la conoscenza del blocco è presunta quando la

Sluiten