Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

943

§ 541.

conduit, et avait été mise en séquestre a Valona pour cause de violation de blocus.

Après une sentence interlocutoire [Pericles, n°. i (309)], par laquelle fut ordonné un plus ample examen, la Commission des prises admit comme concluante la défense du capitaine qu'ü n'avait pas été a même de toucher a Gallipoli par suite du mauvais temps et d'avaries, et relacha le navne.

„Considerato che non cade dubbio sulla legittimitè. del sequestro ordinato dalla capitaneria di porto di Valona, essendo f uori contestazione che U Pericles sorpassó la linea di blocco senza essersi munito del salvacondotto prescritto dal decreto Luogotenenziale 4 lugüo 1915, n. 1000. Che peró gü elementi posteriormente prodotti e ie indagini compiute in seguito al supplemento d'istruttoria disposto dalla Commissione, inducono ad accogliere la richiesta della difesa, a cui aderisce U commissario del Governo, per il rilascio della nave e del carico.... [argumentation détaillée].... Per tutte queste ragioni la Commissione deüe prede è venuta nel convincimento che, sia per le condizioni del tempo e del mare, sia per le avarie sofferte dalla nave, debba ritenersi corrispondente a verita 1'affermazione del capitano del veüero, il quale, sin dal suo primo interrogatorio sublto a Valona, ebbe a dichiarare che, se non approdó a Gallipoli e non si potè quindi munbe del prescritto salvacondotto, ció dipese da un evento di forza maggiore ; e che pertanto devesi ordinare il rilascio deüa nave e del carico a chi di ragione."

Evangelistria, n°. 2 (627), goélette a vapeur grecque, enregistrée dans le port du Pirée et faisant route pour Durazzo, avec une cargaison de vin, de cognac et de sapon, destinée au Monténégro. Cette goélette n'était pas non plus munie du sauf-conduit requis a la traversée de la ligne de blocus. Son affréteur, ressortissant monténégrin, s'était borné a tenter, de concert avec le capitaine, de se pourvoir, auprès d'une des légations des Etats alliés a Athènes, de la permission de naviguer directement vers Durazzo ; n'ayant pas réussi, le capitaine avait risqué de partir sans sauf-conduit. Les faits apparaissent du jugement, par lequel cette goélette fut déclarée de bonne prise et qui démontre que la commission des prises italienne, en statuant sur les cas de violation prétendue de blocus, fait êntièrement abstraction de 1'intention du capitaine de faire le traf ic sur des ports ennemis bloqués, pour y substituer la seule traversée de la ligne de blocus.

„Questi atti e certificati dimostrano bensl che fmono imziate pratiche, prima della partenza, per ottenere il libero passaggio [savoir près de la légation russe a Athènes, invoquée par 1'affréteur monténégrin comme intermédiabe auprès des légations des autres Etats aüiés]; ma oltrechè

Sluiten