Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

§ 752.

I2Ó2

immer vermieden werden kann, dass die auf feindliche Schiffe berèchneten Angriffe auch neutrale Schiffe treffen ...."

Ladite publication avec un mémorandum explicatif se trouvent publiés e.a. aux endroits suivants: Deutscher Reichsanzeiger, n°. 29 du 4 février 1915 (soir); de Martens, Nouveau Recueü Général de traités, 3e série, t. X, p. 614 et ss.; Die völkerrechtlichen Urkunden des Weltkrieges (Niemeyer-Strupp), IV. Band, p. 42 et ss.

(2) L'bistitution du „Kriegsgebiet" a été suivie plus tard de 1'institution de „Sperrgebiete" autour de la Grande-Bretagne, la France et lTtalie et dans la partie Est de la Méditerranée, par 1'Allemagne et rAutriche-Hongrie. Les déclarations y relatives, en date du 31 janvier 1917 (qui se trouvent publiées, e.a., aux endroits suivants : de Martens, Nouveau Recueü Général de traités, 3e série, t. X, p. 630 et ss.; Die völkerrechtlichen Urkunden des Weltkrieges, loco cit., p. 236 et ss.) portent, en substance:

„Vom 1. Februar 1917 ab wbd in den nachstehend bezeichneten Sperrgebieten um Grossbritannien, Frankreich und Italien herum und im östiichen Mittelmeer jedem Seeverkehre ohne weiteres mit aüen Waffen entgegengetreten werden. Solche Sperrgebiete sind: [suit une délimitation precise des „Sperrgebiete" dans la mer du Nord, 1'Atiantique et la Méditerrannée]. —

Neutrale Schüfe, die die Sperrgebiete befahren, tun dies auf eigene Gefahr. [Suivent quelques dispositions transitobes et une énumération des conditions sous lesqueUes le service des vapeurs américains réguliers de passagers pourra continuer sans être inquiété.]"

Vob aussi 1'historique donné par la juridiction anglaise dans son arrêt concernant le Leonora (937) et cité ci-dessus, § 326.

(3) Pas plus que les destructions opérées dans le „Kriegsgebiet" primitif, ceües effectuées dans les „Sperrgebiete" ne rentrent dans le droit des prises. Aussi, la juridiction des prises aUemande a-t-eUe décliné sa compêtence pour connaitre de réclamations bitroduites a la suite de pareüles destructions, considérées par eUe comme des actes purement militaires. Voir la décision (Beschluss) de la Cour de Berlin relative aux vapeurs néerlandais Eemland und Gaasterland (864), coulés par un sous-marin aUemand, le 22 février 1917, dans la mer du Nord,

„weü sie sich auf der Fahrt in einem deutscherseits durch die Kundgebung vom 4. Februar 1917 als Sperrgebiet erklarten Meeresteüe befanden."

La Cour de Berlin fait observer:

Sluiten