Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

10

non-savant on ne disposait guère que de deux poèmes attribués a Prodrome ') et édités par Coray ! Des dizaines d'années après la première édition de la grammaire, des savants renommés discutaient encore sur le grec moderne, sans se soucier de la langue médié vale; d'autres redoublant d'audace sautaient toutes les périodes historiques pour rattacher des mots obscurs d'aujourd'hui a des racines indo-européennes.

Citons quelques autres exemples de la sagacité de Sophoclis: il condamne la graphie rtpixïg (ace. plur.) en disant que Taccusatif a la même forme que le nominatif (donc rtfiég) et que certainement les Eoliens n'ont pas prononcé -oug comme <ft (p. 18); il recommande d'écrire avec u la désinence -iteros des comparatifs (donc xxXórepsg) paree qu'il faut 1'expliquer par 1'analogie avec les formes correspondantes des adjectifs /xxxpiig et kXxtppig (pour fj.xy.pig, ikxtppic, p. 35); il fait remonter tlvxi (3e pers. prés. du verbe substantif) a 1' ancien grec 'évc pour tvexrrt (p. 68); dans la désinence -irou'kog, si fréquente chez les noms propres, il reconnait le latin pullus (p. 75). La syntaxe présente un système bien ordonné des rapports qu'il constate entre les parties du discours; il y mentionne en outre un grand nombre de particularités stylistiques. Et toujours il donne son opinion d'une facon directe, soit qu'il explique une forme grammaticale, soit qu'il caractérise une personne. II défend Ptochoprodrome') contre le mépris que professe pour lui „le savant Coray, qui lui en veut de ne pas avoir écrit en meilleur grec. Seulement Coray en entreprenant la publication de ces poèmes était trop agé, ou plutót trop parisianisé („Parisianized") pour apprécier le rude humour du Pauvre Précurseur" (p. V). Une ligne mordante lui sufht pour faire le portrait de Soutsos: „A remarquer que Soutsos aime les vers longs et les idéés

') Sophoclis parle toujours de Ptochoprodrome. Probablement il a déja eu des doutes trés sérieux sur Pidentité de ce personnage avec le celèbre rhéteur Théodore Prodrome.

176

Sluiten