is toegevoegd aan uw favorieten.

La construction relative dans Chrétien de Troyes

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

Cligés: 1092 Fait crier, que nus n'i remaingne, Qui puisse armes porter an ost, Que après lui ne vaingne tost; 5456 Que ja n'iert mes hon qui la voie Que *) tot eertainnemant ne croie Que 1'ame soit del cors sevree.

Charr.: 5994 Qu'il n'est riens qui armes ne port Qu'a lui veoir ne se deport.

La concessive (conditionnelle) n'a pas toujours la forme d'une relative dans ces combinaisons, p.e.

Yvain 352 Ne nus ne s'i porroit fier

Fors moi, s'antre eles s'estoit mis, Que maintenant ne fust ocis.

De même Yvain 2866.

Guill. 3044 Qu'il n'i remaingne sers ne frans, Si chier com il a lui meïsme, Qui n'et eingois ore de prime Le gue de la marche passé. Le relatif n'est pas exprimé dans Cligés 198 An quel leu porroit 1'an trover

Home, tant soit puissanz ne riches, Ne soit blasmez, se il est chiches, Ne nul, tant et mauveise grace, Que largesce loer ne face ? (ce dernier „que" est naturellement pr. rel, a Paccusatif ici; cf. Cl. 8801).

Dans Erec 1928 :

Que nul tant hardi n'i eüst, Qu'a la pantecoste ne fust, on peut regarder que comme introduisant une consécutive avec corrélatif tant, ou comme adverbe relatif se rapportant a nul2).

G. La relative é valeur d'une finale.

Comme nous venons de 1'indiquer, il y a des rapports étroits entre causalité et conséquence ; de même cause et finalité sont des notions trés proches 3). Après avoir parlé des relatives avec

1) Ca qui.

2) Cf. Bischoff, op. cit., p. 85.

3) F. Brunot, op. cit. p. 844; cf. aussi pour ces rapports psychologiques Jac. van Ginneken, Principes de linguistique psychologique, Paris, Riviêre, 1907, p. 138 sqq.

47