is toegevoegd aan je favorieten.

Studien über Amphioxus

Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

NOUVELLES EECHERCHES.

15

Eriopterites tertiaria nov. gen. nov. sp. (Eig. 17.)

Le Musée de 1'Ecole des Mines (Collection Coquand) possède un minuscule diptère Orthorapha qui, par la nervation des ailes, se range avec les Limnobinae eriopteraeformes Osten-Sacken. O. Heer signale et figure Limnobia Murchisoni des plaquettes sannoisiennes d'Aix en Provence. Par la morphologie des ailes, ce curieux fossile se groupe avec les Trichosticha Schiner (Erioptera, Meigen). Celluie postérieure des ailes (hintere Basalzelle) aussi longue que la celluie basale antérieure (vordere Basalzelle) l).

Les deux nervures transversales ne forment donc qu'une seule nervure. Sous-costale plus longue que chez les Erioptera. Deuxième nervure longitudinale longuement fourchue et réunie a la sous-costale par une minuscule nervule transversale. Pas de celluie discoidale. Antennes assez longues.

Vu 1'impossibilité de décrire dans les moindres détails la topographie des nervures des ailes, j'ai formé pour ce diptère le genre Eriopterites. De nouveaux documents permettront vraisemblablement de le classer parmi les Trichosticha Schiner (Erioptera, Meiger) 2).

Bibionidae.

Dans des notes antérieures, j'ai fréquemment attiré 1'attention des paléontologistes sur la nécessité de reviser les Bibionidae tertiaires. Un examen comparatif,. trés attentif, des spécimens d'Aix en P rovence m'autorise a dire que pour ce qui a trait aux nervures des ailes les descriptions de O. Heer manquent souvent de précision scien" tifique pour la distinction des espèces. II en est de même des dessins de eet auteur qui ont parfois été dénaturés par le dessinateur chargé de cette besogne. O. Heer et von Heyden ont eu le grand mérite de nous donner des travaux d'ensemble concernant ces insectes, mais, a leur époque, 1'importance de la grande précision du dessin scientifique n'était pas encore prise en aussi sérieuse considération que de nos jours. De plus, de savants paléontologistes ont donné des noms spécifiques a des fossiles dont la conservation était beau-

1) Chez les vrais Erioptera (sensu Schiner), la celluie basale postérieure (hintere Basalzelle) est notablement plus courte que 1'antérieure.

2) De Meyere et la plupart des diptéristes réunissent les Trichosticha aux Erioptera. Le dessin des ailes de ces Tipulidae montre cependant de petites differences morphologiques bien appréciables (Van der Wulp. Diptera Neerlandica pl. XIII fig. 1 et 2).