Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

— 495 —

LORD PHILLIMORE remarque que l'article 17 de 1'avant-projet du Président contient une disposition d'après laquelle les Etats Membres de la Société des Nations sont tenus de supporter les frais de la Cour par parts égales. La même disposition se trouve dans le projet des Cinq Puissances. Le projet Root—Phillimore n'a pas adopté cette formule, craignant qu'on n'imposSt aux Etats vraiment petits un fardeau trop lourd.

M. LODER fait observer que la disposition du projet des Cinq Puissances avait été adoptée en vue de souligner l'égalité des Etats.

On est d'accord pour laisser a la Société des Nations le soin de distribuer les frais.

M. HAGERUP soulève la question de la situation des Etats qui ne sont pas Membres de la Société des Nations, mais qui ont pourtant signé la Convention établissant la Cour.

On est d'accord pour considérer que cette question doit être traitée lors de la discussion des régies de procédure.

Le PRESIDENT, ouvrant la discussion sur l'article 24 du projet Root—Phillimore, soulève la question de savoir s'il ne faut pas indiquer que la Cour aura la faculté de siéger ailleurs. II attire 1'attention sur la formule insérée dans l'article 13 de son avant-projet.

LORD PHILLIMORE pense qu'il est évident que, si les Parties se mettent d'accord pour le demander, la Cour pourra siéger ailleurs qu'a La Haye. II ne trouve pas qu'il soit nécessaire de donner une indication spéciale a. ce sujet.

^ M. DE LAPRADELLE est d'avis que, puisque c'est la Société des Nations qui fixe le siège de la Cour, c'est également elle qui doit décider si la Cour peut se transporter ailleurs dans un cas déterminé.

En réponse a une question posée par M. RicciBusatti, LORD PHILLIMORE déclare que lorsqu'il y a accord entre les parties et la Cour, celle-ci pourra sans aucun doute transférer son siège.

M. RICCI-BUSATTI déclare qu'il peut accepter le texte du projet Root—Phillimore sous le bénéfice de la déclaration de Lord Phillimore.

Mr. ROOT s'oppose formellement a donner aux Parties et a la Cour le droit de transférer le siège de la Cour dans un cas déterminé. Ce qui fait la

LORD PHILLIMORE said that Article 17 of the President's draft scheme contained a clause according to which the States Members of the League of Nations were bound to contribute to the expenses of the Court in equal shares. The same clause was to be found in the Five Power Plan. The Root— Phillimore plan had not adopted this provision, fearing that too heavy a burden would be thereby imposed upon the really small States.

M. LODER pointed out that the clause in the Five Power plan had been adopted in order to emphasise the equality of States.

It was agreed to leave the task of allotting shares in the expenses to the League of Nations.

M. HAGERUP raised the question of the position of States which were not Members of the League of Nations, but which had signed the Convention establishing the Court. \

The Committee agreed that this question should be dealt with when the rules of procedure were considered.

The PRESIDENT, in laying Article 24 of the R o o t—P hillimore plan before the Committee, raised the question as to whether a provision should not be included giving the Court the right to sit elsewhere. He drew attention to the clause con"tained in Article 13 ot his plan.

LORD PHILLIMORE thought that it was obvious that, if the parties mutually agreed to make a request to this effect, the Court could sit elsewhere than at the Hague. He did not think it necessary to insert any special provision to this effect.

M. DE LAPRADELLE thought that, as it was the League of Nations which would fix the seat of the Court, the League should also decide whether the Court could move elsewhere in any particular case.

In answer to a question put by M. RicciBusatti, LORD PHILLIMORE said that if the parties and the Court were agreed upon the point, the latter could undoubtly sit elsewhere.

M. RICCI-BUSATTI said that he could now accept the wording of the Root—Phillimore plan, thanks to Lord Phillimore's statement.

Mr. ROOT was definitely opposed to giving the parties and the Court the right to transfer the seat of the Court for a particular case. The

Sluiten