Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

CHARLES GRANDMOUGIN1 493

Pendant des mois entiers de travailler sans bruit, De sonder ton esprit comme une mer profonde, De ne connaitre plus le soleil ni la nnit, D'avoir la bonne fièvre et de créer un monde ?...

Te_sens-ttrWen artiste a chaque heure du jour? Veilles-tu dans ton lit ? As-tu 1'ame obsédée ?') l)eviens-tu seulement 1'esclave d'une idéé Au point de t'ottblier au moment de l'amour ?

Regarde Beriioz errer de ville en ville, Marcher obstinément comme un vieux chevalier Etre toujours malade et toujours,) travailler , Ne s'ablmer jamais dans un rêve stérile!

Sur son cceur, seulement, le chagrin a mordu ! II demeure fécond aux heitres les plus mornes: II n'a pas le remords poignant du temps perdu; Inspiré tout-a-coup, il écrit sur des hornes!

Vois donc son oeil qui dit: «Je veux!» Comme il est beau!»

II a connu Didon, il souffre avec Énée!

II aime Juliette,'iT aime Roméo,

Verse d'immortels pleurs sur leur sombre hyménée.

Sur la montagne il est poursuivi par des voix , Et chacun de ses jours est le chant d'un poème, II se léve la nuit, prend la plume, et parfois Sur sa propre musique il s'attendrit lui-même!

') Gekweld.