Onderstaande tekst is niet 100% betrouwbaar

A FRANEKER (ÉTÉ 1629) 441

faudroit prendre. De Calais, vous pourriez passer par merenun jour ou deux jusqu'a Dórt I ou Roterdam, c'est a dire icy, car de Ia, on peut venir plus seurement jusques icy qu'on ne fait a Paris depuis le logis jusqu'a 1'eglise. Et mesme estant a Dort vous pourriez voir Monsieur Beecman, qui est recteur du College et lm montrer ma lettre, il vous enseignera le chemin pour venir icy et, si vous aviez besoin d'argent ou de quoy que ce soit, il vous en fourniroit, en sorte que vous ne devez conter pour la ditliculte du voyage que jusqu'a Calais Vient alors le passage sur les meubles et le lit de camp a apporter, cité plus

Ferrier ne se laissa pas séduire par eet alléchant tableau d'une vie cénobitique consacrée au travail en commun et a la déeouverte de « quelque chose qui passé le commun >,. Descartes sait par ou le prendre cependant, car «1'ouvrier » a de 1'amour-propre et de 1 ambition : « J'avoue mon insuffisance, écrira-t-il un jour a Descartes, le 26 octobre 1630 \ qui dcit estre excusée, n'ayant jamais esté instruit en quoy que ce soit que par vous, Monsieur a qui je veux devoir toutes choses. Ce mépris [de M. Mydorgej neantmoins ne scauroit tellement me rebuter que je ne sente assez dmchnation en moy pour goüter et comprendre les veritables connoissances des sciences, qui me pourroient estre commumquées par des personnes de vostre merite, tant j'ay d'ambition de me faire connoistre par quelque chose au dela du commun ce qui me donne quelque sorte de courage pour chercher les moyens de surmonter beaucoup de difficultez qui se rencontrent dans les operations des ouvrages exquis >, Son refus de venir nempeche pas Descartes de s'employer, en octobre, par ses recommandatiens, a lui faire obtenir * une de ces chambres dans les combles du Vieux Louvre, donnant sur la Seine, auxquefies aspiraient artistes et artisans et qui sont aujourd'hui les cabinets des Conservateurs du Musée.

En attendant Ferrier ou sa réponse, a quoi s'occupe le philosophe ? Sa lettre au P. Gibieuf «, qui a au

J.. Anréviation de Dordrecht, dont on se sert encore aaiourd'hui en hollan-

ptehiSf.rsSO6 UM t0h dC P1US ^ B<*<*man sait le francais et le parle; voir 3. CEuvres, t. I, p. 15.

Sluiten